Face aux stratégies patronales, les salariés des brasseries ne doivent pas trinquer ! (PCF 67)

Publié le par PCF 67

TAXE SUR LA BIÈRE : LA DÉMAGOGIE DES PATRONS BRASSEURS ET DE LA DROITE.



Dans son projet de financement de la Sécurité Sociale pour l’année 2013, le gouvernement prévoit l’augmentation de 160% des taxes sur la bière.

La fédération du Bas-Rhin du  Parti Communiste Français dénonce la campagne d’enfumage lancée par les grands patrons des brasseries alsaciennes. Ceux-ci tentent d’instrumentaliser les inquiétudes légitimes des salariés quant à l’avenir des emplois dans la filière, alors que leur objectif véritable est de maintenir à tous prix leurs bénéfices.

Les communistes s’opposent à ce que cette hausse de la taxe sur la bière soit répercutée sur les consommateurs et servent d'alibi à de nouvelles compressions de l’emploi et des salaires dans la filière brassicole qui au nom de la rentabilité financière a déjà subi de nombreuses vagues de plans sociaux. C’est sur les revenus du capital, sur les dividendes des actionnaires des grands groupes brassicoles que cette taxe doit être prélevée.

Rappelons que les grands patrons brasseurs n’ont pas attendu cette taxe pour "mettre en bière" les brasseries, pour liquider notre patrimoine régional. Depuis des années, les salariés subissent diminutions de salaires, aggravations des conditions de travail et licenciements alors que des bénéfices sont réalisés et que les actionnaires réclament toujours plus de dividendes.

Rappelons à la droite alsacienne revancharde qui pleure aujourd'hui des larmes de crocodiles en s’inquiétant du sort des travailleurs des brasseries, qu'elle n'a rien fait hier pour défendre ce secteur important de notre économie régionale.

Un tel cynisme de la part de ceux qui ont accompagné la fermeture des brasseries alsaciennes, de Mutzig au début des années 1990, à Fischer en 2008, est insupportable. Il révèle un profond mépris des salariés.

La préservation du tissu productif  alsacien nécessiterait qu’un contrôle du Crédit Impôt Recherche et de tous les autres avantages fiscaux octroyés à ces entreprises soit mis en place. Pour préserver et développer l’emploi,la création d’un pôle public bancaire garant de l’investissement et du redressement productif permettrait par ailleurs une politique d’aide aux PME, sous contrôle des élus et des salariés.

Pourquoi,de plus, ne pas engager un débat avec les salariés, leurs syndicats et la population sur la proposition d’un label « Bière d’Alsace », permettant d’envisager toutes les modalités pour empêcher les délocalisations, garantir la qualité des productions, l’emploi, le pouvoir d’achat, le contrôle de la production (localisations des productions, de la main d’œuvre etc…) et des prix à la consommation ?

Béatrice Lejarre,
Secrétaire départementale du PCF 67

 

Article de l'Humanité

Les patrons brasseurs veulent profiter de la hausse de la TVA sur la bière(cliquez ici)


Publié dans Lutter avec le PCF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article